Les pères sont plus heureux que les mères, selon des études - et pourquoi et comment les mères néerlandaises sont plus heureuses

Une étude récente, menée aux États-Unis, a répondu à une question qui s'est toujours imposée aux parents, surtout dans les moments difficiles de la vie.

Les pères sont plus heureux que les mères, selon des études - et pourquoi et comment les mères néerlandaises sont plus heureuses - %categories

La source a déclaré que l'Université de Californie avait analysé trois études précédentes impliquant plus de 18 XNUMX personnes et avait conclu que les pères jouissaient d'un plus grand bien-être que les mères.

Il a poursuivi : « L'une des explications possibles dans ces études est que les pères ont déclaré qu'ils consacrent beaucoup de temps à jouer avec leurs enfants, contrairement à leurs épouses.

Les chercheurs ont proposé d'élargir le champ du bonheur: les mères doivent jouer davantage avec leurs enfants. Faisons sauter un peu.

L’étude générale 2019 de l’Université de Californie Riverside a mis en évidence un autre aspect de l’écart entre les parents et les hommes et les femmes au sens large. Cette recherche, une méta-analyse de trois études différentes sur la santé émotionnelle de 18, personne sur 000, a comparé des caractéristiques telles que le bien-être, le bonheur, la dépression et le stress.

Les deux premières études ont comparé les parents à des enfants qui n'en avaient pas et ont révélé que les parents étaient plus heureux que leurs pairs non enfants.

J'ai comparé la troisième étude Parents de mères et leur niveau de bonheur en prenant soin de leurs enfants. Les parents semblent plus susceptibles d'être heureux lorsqu'ils s'occupent de leurs enfants que leurs mères.

Pourquoi Les parents, plus que les mères, parlent de jouer avec leurs enfants tout en fournissant des soins.

Maintenant, cassons cela un peu.

Nous pouvons supposer que sur les 18000 XNUMX couples qui ont participé à cette recherche, de nombreuses tâches ménagères sont également réparties entre eux. Mais ces dernières années, la lumière a été faite sur ce que les gens décrivent comme le fardeau invisible que portent les femmes. Même dans les foyers où les tâches ménagères sont partagées, les femmes font l'essentiel du travail émotionnel. Ils font le "travail de réflexion" et portent à leur tour la peluche de la charge mentale qui accompagne la parentalité. Par exemple:

Maman sait quand il y a un rouleau de papier toilette à gauche. Ma mère sait que le bébé a laissé les bottes de pluie dans la voiture. Ma mère sait que nous sommes allés jouer avec des feux d'artifice. Ma mère sait ce qu’est un petit exercice de nuit de ligue, en plus du jour et de l’heure, de la liste d’engrenages et des besoins, avec une collation de chaque activité à une autre en dehors de la méthodologie de la semaine.

Même si

Même lorsque le père aide à préparer les repas, accompagne la voiture et nettoie les latrines, dans la plupart des familles biparentales, la plus grande partie du travail de réflexion incombe toujours à ma mère. Cela signifie que malgré les attitudes plus avancées à l'égard du rôle parental, les mères ont tendance à suivre les tâches et à suivre leur horaire pendant qu'elles jouent aux parents.

"Ces résultats ne me surprennent pas du tout", déclare Lauren N. Barnes, M. Edd.Plpc, est psychiatre au Trinity Wellness, LLC, à St. Louis, MO. "Les femmes portent souvent la charge cognitive des familles. En termes simples, même si les parents participent activement aux tâches ménagères, les femmes ont généralement la responsabilité de se souvenir de ce qui devrait se passer et de s’assurer que cela se produit réellement. "

Lisez aussi:  La méthode d'auto-développement pour les enfants

C'est en soi une tâche énorme qui ajoute beaucoup de stress. C’est un fardeau invisible, mais il apparaît néanmoins à la surface que les affaires divisées sont également partagées entre les parents. "Les gens oublient l'interprétation du travail mental consistant à suivre toutes les choses qui se passent ou qui doivent être unies", a déclaré Barnes.

Peut-on jouer sur le terrain ?

Les auteurs de l'étude, qui sont principalement des femmes, ont proposé d'élargir le champ du bonheur. Ils suggèrent que les mères sont plus heureuses si elles jouent plus avec leurs enfants.

Bien sûr, cela peut être vrai. En apparence, la suggestion des chercheurs semble assez simple, non? Seulement Jouer plus! Les mères peuvent être plus heureuses si elles prennent le temps de jouer avec leurs enfants!

Très facile. Mères, allez jouer. Laissez ces plats, laissez la lessive innée, arrêtez de vous inquiéter de la liste d'épicerie, des rendez-vous chez le dentiste, des déjeuners qu'il faut emporter ... Allez jouer!

Si la charge de travail émotionnelle des mères était supprimée et qu'elles pouvaient jouer davantage, je suis sûre qu'elles seraient plus heureuses, mais est-ce que ce serait parce qu'elles jouaient? Ou peut-être était-ce parce qu'ils n'avaient pas à se rappeler qu'ils étaient presque à court de détergent à lessive et que les vêtements étaient dans la machine à laver depuis hier soir?

Carla Manley, psychologue californienne

La psychologue californienne Carla Manley, Ph.D. explique : « Historiquement, les femmes ont eu plus de responsabilités liées à leurs devoirs et à l'éducation des enfants, tandis que les hommes s'occupent des aspects financiers de l'unité familiale. Alors que les femmes se tournent de plus en plus vers le monde du travail à l'extérieur, «leurs devoirs continuent d'être disproportionnés. En conséquence », poursuit-elle, « les femmes assument encore la plupart des tâches quotidiennes de l'éducation des enfants et de la vie à la maison ».

"Cette disparité dans les tâches peut" créer une pression supplémentaire, affecter la santé des femmes et conduire à l'anxiété et à la dépression ", a ajouté le Dr Manley. "En raison de la pression constante qu'ils exercent, beaucoup de femmes sont physiquement épuisées à la fin de chaque journée."

Longue histoire courte, les mères sont fatiguées. Les mères sont stressées. Les mères aiment leurs enfants, mais donnent souvent une liste de tâches invisibles: elles ont la responsabilité de jouer à un autre jeu de dissimulation ou de faire semblant d'être sur le bord de la route.

Lisez aussi:  Tout ce que vous devez savoir sur les aspects du développement personnel

La chose inquiétante

Ironiquement, cette étude donne aux mères quelque chose d'autre à craindre, une autre paille du fardeau invisible sur le dos du chameau. Maintenant, nous nous inquiétons de ne pas être contents d'avoir mal agi. La suggestion selon laquelle les mères devraient être plus enjouées et jouer plus ajoute à l'accumulation de la timidité de la mère autour de la plupart des aspects de la maternité.

Les mères apportent un soutien moral à leurs familles, embrassant et apaisant leurs peurs, provoquant des crises de colère et suggérant que les femmes doivent être la mère la plus proche de la mère pour être heureuses, non réductrices et minimiser le rôle vital que jouent les mères au sein de leur unité familiale.

Plutôt que de suggérer que les mères s'y prennent mal, il faudrait peut-être mettre davantage l'accent sur la manière dont les deux parents peuvent travailler ensemble, et sur la façon dont une famille élargie prend réellement pour élever un enfant peut être plus impliquée pour soulager certains des troubles mentaux et émotionnels. fardeaux qui tombent souvent sur um. De cette façon, ils peuvent être aussi heureux que leur père et leurs parents que leur patron.

Ce n'est un secret pour personne que les Néerlandaises mènent une belle vie. Nous avons entendu maintes et maintes fois que les enfants néerlandais sont les plus heureux du monde. Mais la question demeure : où vivent les mères les plus heureuses du monde ? Oui, en Hollande ! Mais pourquoi les mères hollandaises sont-elles les plus heureuses du monde ?

Les mères néerlandaises donnent naissance à leurs bébés dans leur propre environnement

Des milliers de Néerlandaises accouchent chez elles et dans leur propre environnement. Il y a aussi beaucoup de Néerlandaises qui préfèrent accoucher à l'hôpital. Il n'y a pas de problème. Aux Pays-Bas, la mère peut accoucher à l'hôpital. ou à domicile. La liberté de choix joue un rôle central dans le système de maternité néerlandais, qui permet aux femmes de se voir confier leurs propres décisions. Des études ont montré que l'expérience néerlandaise de l'accouchement donne des résultats physiques et mentaux plus positifs et meilleurs pour les mères.

Ils travaillent à temps partiel

Bien sûr, toutes les mères néerlandaises ne travaillent pas à temps partiel, mais il y a beaucoup de mères qui le font ! Selon les statistiques nationales officielles les plus récentes, une Néerlandaise sur trois « arrête de travailler ou travaille à temps partiel » après la naissance de son premier enfant, et seulement 12 % des mères ayant des enfants de moins de 18 ans travaillent « à plein temps ». (plus de 35 heures par semaine). De nombreuses possibilités d'emploi aux Pays-Bas accueillent des travailleurs à temps partiel et, dans certains cas, l'employeur n'est pas autorisé à refuser une demande de transfert du travail de quelqu'un pour moins d'heures.

Ils ont des horaires de travail flexibles

Les mères néerlandaises peuvent travailler avec des horaires de travail flexibles, ce qui signifie que la mère peut travailler confortablement, qu'elle peut être avec ses enfants un jour par semaine et qu'elle peut aller chercher ses enfants à l'école tous les jours à 15h00.

Les mères néerlandaises prennent la routine très au sérieux

Les mères néerlandaises vivent dans la bureaucratie. Vous pouvez regarder n'importe quelle rue des Pays-Bas après 18h00. Je vous assure que vous ne remarquerez pas qu'un seul enfant joue ! Les mères néerlandaises nourrissent leurs bébés et les envoient au lit à cette époque. La plupart des parents néerlandais suivent une routine et des habitudes établies jour et nuit, ce qui se traduit par des bébés heureux et en bonne santé.

Impliquer les parents dans le processus éducatif

Les mamans néerlandaises ont une arme secrète : le père ! Où les parents néerlandais participent activement à l'éducation de leurs enfants. Plus d'un tiers des hommes aux Pays-Bas ont une semaine de travail réduite et 15 % des pères néerlandais choisissent de travailler moins, selon Statistics Netherlands. La jeune génération de la famille est une partie importante de cette famille moderne, c'est pourquoi 66% des jeunes Néerlandais ont déclaré qu'ils prévoyaient de réduire leurs heures de travail lorsqu'ils deviendraient parents ! En outre, dans de nombreuses familles néerlandaises, les parents sont égaux dans l'éducation des enfants.

Ils externalisent

Les Néerlandais savent externaliser. Oma et Opa (grand-père et grand-mère) jouent un rôle important dans la garde d'enfants aux Pays-Bas. De nombreux grands-parents néerlandais gardent leurs petits-enfants un jour précis chaque semaine. Les grands-parents néerlandais sont parmi les plus impliqués dans l'éducation des enfants en Europe, avec "plus de 60% des grands-parents impliqués d'une manière ou d'une autre dans la garde des enfants".

Ils ont d'excellents soins post-partum

Les soins post-partum aux Pays-Bas sont supérieurs à ceux de nombreux autres pays du monde. Après l'accouchement, les nouvelles mères aux Pays-Bas ont droit à 8 jours de soins à domicile, pendant lesquels une infirmière de maternité hautement qualifiée (kraamzorg) vient à la maison. Cette infirmière aide la mère en tout, lui donnant des instructions sur la façon de nourrir le bébé, de le baigner et de nombreuses autres informations. L'infirmière prépare également la nourriture pour la famille, fait la lessive et bien d'autres choses.

Ils laissent leurs enfants être des enfants

La croyance en la liberté et l'indépendance est un principe fondamental de la parentalité néerlandaise. L'expression néerlandaise : « Een kind opvoeden is een kind loslaten » se traduit approximativement par élever un enfant, c'est laisser un enfant. Les enfants néerlandais ont de l'espace et du temps pour construire leur "vie indépendante". Il peut sembler que les enfants néerlandais agissent parfois librement, mais cette liberté est inculquée aux enfants et aide à produire des enfants très indépendants. Quelque chose que nous souhaitons tous!

Ils ne s'attribuent pas le mérite du succès ou de l'échec de leurs enfants

Les parents hollandais ont un don surnaturel pour séparer les talents de leurs enfants des leurs. Pour que leurs enfants ne semblent pas être un reflet direct d'eux, mais au contraire, ils font de leurs enfants des personnes indépendantes avec des personnalités individuelles, avec des forces et des faiblesses.

Ils dorment mieux que toi

Saviez-vous que les mères hollandaises dorment mieux que vous ? Ce n'est pas juste, je sais, mais c'est vrai. Les mères hollandaises dorment mieux parce que leurs enfants dorment si bien.

Lisez aussi:  Poésie puissante exprimant vos sentiments écrite en 2021
Vous pourriez l'aimer aussi