Comment j'ai survécu à une tumeur au cerveau de la taille d'une orange

Depuis que je suis enfant, je rêvais d'être un athlète olympique. Ainsi, quand on m'a diagnostiqué une tumeur au cerveau au début de mon adolescence, j'ai su que je devais me battre non seulement pour survivre, mais aussi pour garder mes rêves.

how i survived brain tumor feat - كيف نجوت من ورم في المخ بحجم برتقالة

Tout le monde a peurDépression Et de la tristesse face à des luttes aussi énormes, mais un véritable athlète ne sait jamais abandonner. Elle s'est bien battue et a survécu Cicatrices Et bien d'autres leçons.

Maintenant que j'ai une seconde chance dans la vie, je veux en profiter au maximum en poursuivant mes objectifs et en aidant les autres comme moi.

Symptômes initiaux

Les symptômes d'une tumeur cérébrale ont commencé à apparaître au début de 1986, soit environ deux ans et demi avant la chirurgie.

J'ai commencé à souffrir de Mal de tête Sharp et palpitant sur le côté droit de la zone du temple. Les crises étaient répétées une ou deux fois toutes les deux semaines.

Le côté gauche de mon corps est également devenu plus faible et moins coordonné que la moitié droite. J'ai dû subir une IRM lorsque j'ai commencé à ressentir ces symptômes, mais cela a été souvent mal diagnostiqué en raison d'une négligence médicale.

L'année dernière, je me suis réveillé en vomissant jaune et en luttant tout le temps avec le même souffle Maux de tête Ce qui est maintenant plus sévère et durable (de une à deux heures).

Lisez aussi:  Comment identifier et traiter les varices?

Mauvais diagnostic

the misdiagnosis - كيف نجوت من ورم في المخ بحجم برتقالة

J'ai eu des contrôles annuels réguliers avec mon médecin de famille à Lausanne, en Suisse, et il n'a jamais posé de diagnostic correct ni fait d'IRM.

Il y avait de nombreux signes et symptômes que le médecin de famille aurait dû détecter, mais le premier était Maux de tête sévères Et palpitant.

Comme j'ai un seuil de douleur élevé et que je ne me suis pas beaucoup plaint, le médecin en question m'a donné un médicament contre les maux de tête.

Diagnostic correct

Le premier cas, quelqu'un savait que quelque chose n'allait pas s'est produit lorsque ma famille a déménagé dans le sud de la France.

En octobre 1988, je suis allé voir un optométriste car j'ai commencé à voir une faiblesse. Il voyait des saignements sévères à l'arrière de mon œil et a recommandé à mon père de m'emmener aux urgences d'un hôpital à Paris ou en Suisse.

Raison suspecte

Les médecins de l'hôpital ont dit à mon père que la croissance de la tumeur avait peut-être été causée par une chute sur la tête et qu'elle aurait pu se développer pendant des années. Cependant, ils n'étaient pas sûrs.

Ma réaction

Je n'étais pas moins nerveux au début et j'ai vraiment compris la gravité de la maladie plus tard. À l'âge de XNUMX ans, mes parents m'ont laissé perplexe quant à la gravité de l'opération.

L'ophtalmologiste a parlé en privé avec mon père parce qu'ils ne voulaient pas m'intimider. Les médecins de l'hôpital ont été priés de ne pas parler ouvertement de votre chirurgie.

Mon père venait de dire que j'aurais une cicatrice sur la tête et que ce serait un signe de cruauté. Alors, pendant ma chirurgie, je savais que je serais un dur à cuire. Je n'ai réalisé à quel point la chirurgie était dangereuse lorsque j'ai perdu toutes mes capacités motrices.

Lisez aussi:  Techniques japonaises d'auto-massage Shiatsu pour le soulagement de la douleur et la relaxation

Traitement

the treatment - كيف نجوت من ورم في المخ بحجم برتقالة

Je ne me souviens pas exactement de tout ce que je prenais à l'hôpital, mais je me souviens d'avoir bu un cocktail de pilules pendant une semaine avant l'organisation de la chirurgie.

Quand je suis arrivé à l'hôpital de Lausanne, un fauteuil roulant m'attendait car je perdais ma capacité à marcher.

J'étais dans les derniers stades avant la mort, donc les médecins ont dû prendre cette combinaison de pilules. Je me souviens que l'une des pilules était la cortisone.

La chance de survivre

Le quatrième astrocytome ventriculaire était bénin et m'a donc donné peu de chances de survivre à la chirurgie.

La tumeur a pris la taille d'une grosse orange écrasant mon cerveau, et j'allais devenir un "cobaye" dans une nouvelle technique chirurgicale qui me donnait 30% de chances de survie.

La partie la plus difficile de la récupération

Au cours de mon séjour d'un mois à l'hôpital, j'ai été emmenée plusieurs fois pour faire des exercices de rééducation physique et des exercices d'équilibre.

De retour à la maison, j'ai été placé dans un centre de réadaptation physique pendant une semaine, puis j'ai continué mon programme d'exercices à la maison.

Tous les exercices épuisaient mon énergie. J'ai fait des exercices oculaires pour réduire la vision double et des exercices de frappe pour améliorer la coordination et la vitesse.

Le plus gros défi pour moi était de faire deux heures de rééducation physique par jour avec un physiothérapeute dédié à l'amélioration de mon équilibre.

Ma motivation

Au début, j'ai été choqué. j'ai J'ai souffert silencieusement de dépression. En 1989, elle a été placée dans un centre de rééducation physique appelé Pomboniana Olbia (Heres, France).

Lisez aussi:  Antalgiques: types, avantages et effets secondaires

Même si c'était un court séjour pour moi, j'ai vu de jeunes enfants avec divers handicaps qui n'abandonnent jamais; Cela m'a vraiment inspiré d'essayer de récupérer tout ce que je pouvais.

Depuis ce jour, j'ai fait tout mon possible avec la physiothérapie pour rétablir l'équilibre, les exercices oculaires et les exercices d'écriture.

Ma dépression est revenue quand j'ai réalisé que je ne retrouverais jamais ce que j'avais perdu. Je souffre d'une vision double, d'un équilibre et d'une coordination constants.

En fin de compte, ma femme et mes enfants m'ont aidé à surmonter ma dépression.

Mon message aux autres patients atteints d'une tumeur au cerveau

my message - كيف نجوت من ورم في المخ بحجم برتقالة

Ne jamais perdre espoir. Voyez d'autres personnes qui en souffrent plus que vous. Nick Vujicic est typique, mais il y en a d'autres.

Continuez votre dur labeur et ne regardez pas en arrière. La vie a beaucoup de défis pour vous, mais vous devez continuer à travailler dur pour la rendre bonne pour vous.

J'apprends avec chaque expérience et je me concentre sur ce que j'ai plutôt que sur ce que j'ai perdu, et c'est la seule clé pour avancer dans la vie.

Mon appel à ceux qui prennent leur santé pour acquis

Quand vous êtes jeune, vous pensez que vous êtes «indomptable» et que les mauvaises choses de la vie ne s'appliquent pas à vous. Cependant, ils le font. Ma vie a été bouleversée; Je voulais être un athlète comme mon père quand j'étais petit.

Soyez flexible et prêt à changer vos objectifs de vie sans regrets. Soyez une bonne personne, travaillez dur, gardez la foi et n'abandonnez jamais.

Tous les conseils mentionnés ici sont informatifs et ont été traduits à partir de sites Web étrangers, et il est nécessaire de consulter les specialistes voir page

Avis de droits d'auteur de Ahlaom.com

Laisser une réponse

Ne sera pas publié votre adresse email.