Un aperçu de la schizophrénie

La schizophrénie est un trouble cérébral chronique et difficile qui est encore largement entouré de controverses et d'idées fausses.

Schizophrénie - un aperçu de la schizophrénie

Une grande partie de cela découle principalement du récit médiatique à moitié cuit qui lui donne des connotations violentes et dérangeantes. Étant donné que ce type de psychose est encore relativement rare, la plupart des gens lisent cette représentation inexacte et injuste plutôt que de la contester par une analyse factuelle.

L'hostilité et la suspicion du public à l'égard de la schizophrénie aliènent davantage les personnes atteintes de la maladie. Contrairement à la croyance populaire, les personnes atteintes de schizophrénie agissent rarement sur leurs tendances psychotiques au détriment des autres et sont plus susceptibles de se faire du mal que n'importe qui d'autre.

Pendant très longtemps, la schizophrénie a été interprétée comme un simple cas de trouble de la personnalité multiple ou dédoublée, alors qu'en fait c'est beaucoup plus complexe que cela.

Ce type de compréhension réductionniste renforce l'idée que les schizophrènes sont perturbés à un degré alarmant, manquent de maîtrise de soi de base et constituent des menaces potentielles pour la société. La dernière chose pour laquelle les personnes ayant des problèmes de santé mentale légitimes doivent être jugées.

Pour le dire avec précision, les schizophrènes ont tendance à brouiller les lignes entre ce qui est réel et ce qui est imaginaire, et cette incapacité fondamentale à faire la distinction entre raisonnable et déraisonnable est au cœur de ce dysfonctionnement cognitif.

C'est l'effet invalidant de ce problème que la plupart des schizophrènes deviennent incapables de se gérer, à la fois personnellement et professionnellement. Il est prudent de dire que l'impact de la schizophrénie ne se limite pas au patient, mais qu'il affecte des familles entières ainsi que des amis qui doivent assumer la tâche de prendre soin d'eux.

Avis de non-responsabilité : la schizophrénie est une maladie mentale grave qui doit être traitée sous la supervision d'un expert. Par conséquent, il est fortement recommandé que la condition soit diagnostiquée et traitée par un professionnel dès que possible.

Qui attrape la schizophrénie?

Bien qu'elle ne soit pas aussi répandue que d'autres troubles mentaux connus, la schizophrénie demeure un problème de santé mentale urgent.

Parmi les 23 millions de patients signalés dans le monde, l'incidence de la schizophrénie semble être plus élevée chez les hommes (12 millions) que chez les femmes (9 millions). Cependant, après un examen plus approfondi, on constate que cela est largement dû au fait que le problème commence à apparaître plus tôt chez les hommes que chez les femmes.

Ainsi, bien que la schizophrénie soit également fréquente chez les deux sexes, son apparence varie quelque peu. Les hommes sont plus susceptibles de développer cette maladie à la fin de l'adolescence ou au début de la vingtaine, tandis que les femmes peuvent présenter les premiers symptômes à la vingtaine ou au début de la trentaine. Plus les symptômes apparaissent tôt, plus l'évolution de la maladie est sévère.

Ainsi, les adolescents et les jeunes adultes constituent ensemble le groupe démographique le plus vulnérable à la schizophrénie. Dans de très rares cas, les enfants de plus de 5 ans peuvent également développer des symptômes de schizophrénie. À l'inverse, une fois qu'une personne a plus de 45 ans, il est peu probable qu'elle développe cette maladie.

Causes de la schizophrénie

Il y a encore beaucoup de mystère sur la cause de la schizophrénie, mais certaines théories d'experts attribuent l'émergence de la schizophrénie à un certain nombre de facteurs génétiques et environnementaux qui travaillent ensemble pour provoquer ce type de psychose chez un individu.

Certains des principaux coupables associés aux origines des tendances schizophréniques comprennent :

1. La génétique

Les personnes ayant des antécédents familiaux de cette maladie sont plus susceptibles de développer une schizophrénie que les autres.

En termes purement chiffrés, si aucun des membres de votre famille n'a été précédemment diagnostiqué avec la schizophrénie, vos chances de le développer sont probablement inférieures à 1 %. Cependant, le risque augmente à 10 % si l'un de vos parents souffre de schizophrénie.

Des preuves fondées sur la recherche suggèrent qu'une combinaison de différents gènes est responsable de cette vulnérabilité accrue, et non un seul. Bien que l'héritage de ces gènes puisse rendre une personne plus vulnérable, cela ne garantit pas que vous développerez ce trouble.

2. abus de drogues

La toxicomanie peut déclencher des épisodes de schizophrénie chez les personnes déjà sensibles à cette maladie. Certaines drogues telles que la marijuana, les amphétamines, le LSD ou la cocaïne peuvent perturber l'équilibre chimique dans le cerveau et entraîner une psychose.

3. Complications liées à l'accouchement

Certaines complications associées à la naissance peuvent entraver le développement du cerveau du bébé et contribuer ainsi au développement de la schizophrénie plus tard dans la vie. Ceux-ci inclus:

  • Travail précoce
  • Faible poids à la naissance
  • Femmes enceintes atteintes de la grippe ou de toute maladie virale
  • Manque d'oxygène ou suffocation pendant l'accouchement

4. Complications cérébrales

La recherche a révélé des anomalies structurelles et chimiques mineures dans le cerveau des personnes atteintes de schizophrénie qui ne se limitent pas à ce seul trouble et qui ont également été observées chez des personnes mentalement stables.

Cependant, il y a des raisons de croire que la schizophrénie peut être attribuée à un déséquilibre des neurotransmetteurs tels que la dopamine, la sérotonine et le glutamate, qui sont des substances chimiques qui transmettent des messages entre les neurones du cerveau.

Certains experts émettent l'hypothèse que ce défaut pourrait être enraciné dans des complications prénatales qui entravent le développement du cerveau chez le fœtus. En raison de ce déséquilibre, les patients atteints de schizophrénie peuvent avoir des connexions défectueuses entre les cellules cérébrales, ce qui se traduit par la façon dont leur cerveau réagit aux stimuli externes.

5. Le stress

Des événements et des expériences stressantes telles que la perte d'un être cher, des perturbations liées à l'emploi ou aux relations interpersonnelles et des abus physiques, sexuels ou émotionnels peuvent conduire à la schizophrénie chez une personne prédisposée à développer une maladie psychotique.

Symptômes associés à la schizophrénie
La schizophrénie peut avoir des effets à long terme sur votre bien-être émotionnel, cognitif et comportemental. Étant donné que la plupart des cas de schizophrénie commencent pendant l'adolescence, qui est elle-même une phase de transition caractérisée par des changements émotionnels, intellectuels et comportementaux ainsi que des sautes d'humeur erratiques, ces symptômes sont souvent perdus dans la confusion ou négligés comme des crises de colère chez les adolescents.

Les symptômes associés à la schizophrénie n'apparaissent pas uniformément chez tous les patients. Dans certains cas, vous pouvez avoir une idée claire que tout ne va pas bien en raison de symptômes évidents, tandis que d'autres peuvent ne révéler les caractéristiques de la schizophrénie que lorsqu'ils commencent à exprimer leurs pensées.

Outre les différences dans le type de symptômes, la façon dont ils apparaissent varie également d'une personne à l'autre. De plus, les symptômes peuvent être exacerbés par le stress et un manque de capacités d'adaptation.

Les symptômes de la schizophrénie sont généralement classés dans les catégories suivantes selon leur nature inhérente :

  • Les symptômes positifs sont principalement des symptômes psychotiques qui ne sont pas observés chez les individus en bonne santé ; Ces symptômes font que le patient perd contact avec la réalité. Les symptômes tels que les hallucinations et les délires sont qualifiés de positifs car ils sortent du cadre de « l'expérience normale ».
  • Les symptômes négatifs, comme leur nom l'indique, sont définis par un manque de sentiments et de comportements normaux. Cela comprend le retrait général du monde extérieur, les activités et les interactions sociales, parler d'un ton monotone, montrer un manque anormal d'expressions faciales, négliger l'hygiène personnelle et l'incapacité d'exprimer des sentiments et de ressentir du plaisir. Ces symptômes apparaissent souvent des années avant la survenue du premier épisode prodromique de schizophrénie. Ces légères aberrations continuent de rester sous le radar mais deviennent progressivement de plus en plus apparentes. Il est difficile de définir la schizophrénie sur la base de ces seuls symptômes initiaux, car nombre d'entre eux s'appliquent également à d'autres troubles mentaux et peuvent facilement être confondus avec la dépression ou le trouble bipolaire.
  • Les symptômes cognitifs sont liés à divers aspects de la pensée tels que les troubles de la mémoire, de l'attention et de la concentration. Ces symptômes sont souvent trop subtils pour être détectés sans tests adéquats.
  • Les symptômes de trouble apparaissent généralement sous la forme d'un comportement désorganisé, d'un discours déformé ou des deux.
  • Les symptômes peuvent s'aggraver sans traitement approprié et il peut être difficile de traiter un patient qui n'est pas compatible avec le traitement.

Certains symptômes courants incluent :

symptômes associés à la schizophrénie - un aperçu de la schizophrénie

  • Les hallucinations qui impliquent d'imaginer complètement les choses dans votre esprit comme étant réelles sont des symptômes de ce type de trouble mental. Les schizophrènes déclarent entendre, voir, sentir, ressentir ou goûter des choses qui ne sont pas réelles. Cependant, pour les patients, ces expériences sensorielles sont aussi réelles qu'elles le sont. La forme la plus courante d'hallucinations associées à la schizophrénie est l'audition de voix.
  • Les schizophrènes ont tendance à apparaître délirants, à avoir des croyances irréalistes, déformées ou bizarres avec la plus grande conviction.
  • Ils présentent un fonctionnement exécutif médiocre, ce qui signifie qu'ils ont du mal à traiter et à appliquer les informations essentielles à la prise de décision. Cela se voit dans leur incapacité totale à planifier ou à organiser leur vie.
  • Les personnes atteintes de schizophrénie ont du mal à suivre leur processus de pensée et dérivent d'une pensée à l'autre. Cela se reflète également dans leur communication, qui est généralement difficile à suivre car ils sautent d'un sujet à l'autre sans raison apparente.
  • Les personnes atteintes de schizophrénie peuvent montrer un manque général d'intérêt et ne retirer aucun plaisir d'une activité ou d'une relation.
  • Les personnes atteintes de schizophrénie ont tendance à se méfier des motivations et des intentions des autres au point de développer une paranoïa complète. En conséquence, ils s'isolent de la plupart des gens et expriment même une colère ou une peur irrationnelle envers ceux qui leur sont chers.
  • Ils sont sujets à des explosions inexpliquées, à des accès d'agitation et à une activité effrénée. De la même manière, ils peuvent tomber dans un état inexpliqué de calme émotionnel et comportemental et d'apathie où ils peuvent ne pas réagir même aux situations les plus importantes.
  • Ils ont souvent des pensées suicidaires et sont plus susceptibles d'être une menace pour eux-mêmes que pour les autres.
  • Ils montrent un manque total d'hygiène personnelle et de soins personnels.
  • Ils ont de la difficulté à communiquer avec les gens et semblent généralement mal à l'aise lors des rassemblements. Ils préfèrent mener une vie isolée plutôt que de se sentir mal à l'aise d'engager ou de poursuivre une conversation.
  • Souvent, ils montrent une mauvaise posture du corps.
  • Les personnes atteintes de schizophrénie ont du mal à retenir et à récupérer des informations, même si elles les ont apprises ou acquises dans un passé récent.
    Les personnes atteintes de schizophrénie peuvent trouver très difficile de dormir.
  • Ils peuvent s'habiller de manière inappropriée, ce qui peut refléter un manque d'attachement à leur environnement et un mépris total pour leur apparence.

Traitement de la schizophrénie

Étant donné que la cause exacte de ce trouble est encore inconnue, la recherche médicale n'a pas réussi à trouver un remède à la schizophrénie. Ainsi, la plupart des stratégies de traitement disponibles pour la schizophrénie visent à gérer les symptômes et à maintenir les patients en état de fonctionner suffisamment pour mener une vie productive.

Certaines personnes réagissent mieux au traitement que d'autres, mais l'aide médicale professionnelle reste indispensable pour gérer la schizophrénie.

Votre fournisseur de soins de santé vous prescrira le plan d'action approprié après avoir examiné tous les signes pertinents et choisira parmi les options de traitement suivantes :

1. Médicaments

Médicaments de la schizophrénie - un aperçu de la schizophrénie

Votre médecin peut vous prescrire des médicaments « antipsychotiques » pour soulager les symptômes de la schizophrénie en réduisant les déséquilibres biochimiques dans le cerveau ainsi que pour prévenir les rechutes.

Ces médicaments sont généralement pris quotidiennement sous forme de comprimés ou de liquide, ainsi que des injections d'antipsychotiques qui peuvent être administrées une ou deux fois par mois. Vous devrez travailler avec votre médecin pour trouver la combinaison et la dose parfaites de médicaments antipsychotiques les mieux adaptées à votre situation particulière.

Vous ne devez en aucun cas vous soigner vous-même et prenez toujours ces médicaments sous la supervision d'un professionnel de la santé mentale.

2. Traitements psychologiques

Une fois que vous et votre médecin vous êtes concentrés sur un régime médicamenteux qui fonctionne le mieux, la thérapie psychosociale suit la prochaine étape de votre parcours de traitement. Grâce à ces séances de thérapie, votre médecin vous transmettra les mécanismes d'adaptation nécessaires pour vous aider à faire face aux adversités quotidiennes associées à la schizophrénie.

Cette étape est nécessaire pour restaurer les compétences de base de la vie et soulager la lutte quotidienne qui empêche les schizophrènes de poursuivre les tâches les plus ordinaires telles que cuisiner, nettoyer, gérer le stress, faire les courses, socialiser, aller à l'école ou venir travailler.

De plus, la thérapie psychosociale aide les patients à évaluer comment leurs pensées et leur comportement sont affectés par les personnes et la société dans lesquelles ils vivent, et ainsi à développer des moyens de traiter les tendances problématiques.

3. Équipes d'intervention précoce

Une fois qu'un médecin vous a diagnostiqué le premier épisode de schizophrénie, il vous orientera vers une équipe de spécialistes comprenant des psychiatres, des psychiatres, des psychologues, des infirmières en santé mentale, des travailleurs sociaux et des travailleurs de soutien.

Cette équipe d'intervention précoce offre des services de soutien multiformes et coordonnés en termes de médication, de thérapie psychosociale ainsi que des opportunités éducatives et professionnelles pour aider une personne à se remettre d'un début de psychose. On s'attend à ce que vous commenciez le traitement dans les deux semaines suivant l'aiguillage.

diagnostic de schizophrénie

 

diagnostic de schizophrénie - un aperçu de la schizophrénie

Si votre médecin soupçonne que vous souffrez de schizophrénie, il procédera à un examen approfondi de vos antécédents médicaux et psychiatriques.

Étant donné que la schizophrénie partage un certain nombre de symptômes communs avec d'autres problèmes de santé mentale tels que le trouble bipolaire ou le trouble schizo-affectif, le médecin exclura d'abord toutes les autres possibilités avant d'arriver à un diagnostic définitif.

À cette fin, un certain nombre de tests et une évaluation psychologique complète aideront votre fournisseur de soins de santé à exclure le rôle des médicaments sur ordonnance ou de la toxicomanie et à évaluer correctement votre état et sa cause.

Pour être schizophrène, le diagnostic doit répondre aux critères suivants :

  • Si vous ressentez au moins deux des symptômes courants associés à la schizophrénie pendant la majeure partie du mois. Ces symptômes comprennent généralement des délires, des hallucinations, un discours incohérent, des pensées ou un comportement rigides ou des symptômes négatifs tels que des sentiments altérés.
  • Vos symptômes s'affaiblissent à tel point que vous êtes incapable d'accomplir vos tâches quotidiennes, d'aller à l'école, de faire vos études et de remplir vos obligations professionnelles.
  • Les symptômes persistent pendant plus de 6 mois.
  • Toutes les autres causes possibles, telles que la consommation de drogues à des fins récréatives ou d'autres problèmes de santé mentale tels que le trouble bipolaire ou la dépression, ont toutes été exclues.

Votre attitude envers le traitement de la schizophrénie est importante

Bien que les schizophrènes vivent dans le déni de leur sens déformé de la réalité, la première étape vers l'amélioration de la santé une fois que vous avez été diagnostiqué avec la maladie est de la gérer plutôt que de la combattre.

Il est très important de rester engagé dans le processus de traitement en prenant les médicaments à temps et en respectant religieusement vos rendez-vous médicaux et de traitement. Vous devrez également vous aider en adoptant divers changements de style de vie recommandés pour votre condition particulière.

  • Prévoyez du temps pour faire de l'exercice dans votre emploi du temps quotidien. Vous pouvez ajuster le degré d'activité physique en fonction de votre confort et de votre humeur. Quelque chose d'aussi simple qu'une marche légère de 20 minutes le soir suffit pour atteindre votre quota d'exercice quotidien. Vous pouvez également choisir des séances plus actives, de préférence de 20 minutes, trois fois par semaine. Ce genre de poussée d'adrénaline accélérera votre pouls et ravivera votre humeur.
  • Je jure de ne pas me droguer. Si vous avez l'habitude de consommer de l'alcool ou de prendre des drogues illégales pour soulager les symptômes, vous devriez consulter un médecin d'urgence pour surmonter ce type de consommation de drogue, car cela interférera négativement avec l'efficacité des médicaments que vous avez prescrits et aggravera vos symptômes.
  • Ne laissez pas la stigmatisation de la schizophrénie vous empêcher de vous rétablir. L'absence d'un discours fiable et informé sur la santé mentale a conduit à de nombreuses peurs infondées et à des appellations erronées qui façonnent la compréhension des gens de problèmes tels que la schizophrénie. Il est très important pour une personne diagnostiquée avec ce problème d'éviter ces faux bruits. Vous devez croire au processus de récupération pour que cela fonctionne. Entourez-vous de personnes qui vous considèrent comme plus qu'un simple schizophrène et qui vous accordent le respect, l'amour et le soutien que vous méritez.
  • Demandez à votre médecin de vous assurer que vous recevez le meilleur traitement possible. Travaillez en étroite collaboration avec votre médecin en continuant à être impliqué de manière proactive dans le processus de traitement et en signalant toute préoccupation que vous pourriez avoir concernant les effets secondaires potentiels ou les doutes sur la sélection et la posologie des médicaments.
  • Abonnez-vous à des stratégies d'auto-assistance qui vous aideront à mieux gérer vos symptômes. L'approche à plusieurs volets du traitement couvre beaucoup plus de bases qu'une dépendance à une seule main aux médicaments seuls. Vous devriez être bien et suivre un traitement régulier.
  • Ne vous poussez pas dans le coin. Laissez vos amis et votre famille vous soutenir à travers ce problème. La schizophrénie peut être une condition très isolée. Il est très important que vous combattiez votre impulsion inhérente à vous éloigner de tout le monde, même de ceux qui signifient le meilleur pour vous. S'entourer d'amis et de membres de la famille qui comprennent votre lutte intérieure peut vous aider à vous sentir moins seul dans les milieux sociaux et vous aider à faire une transition plus douce vers la vie sociale quotidienne. De plus, cela vous aidera à rester sur la bonne voie sur la voie de la guérison. Les personnes atteintes de schizophrénie et les membres de leur famille peuvent rejoindre des groupes d'entraide et de soutien pour avoir une meilleure perspective sur la façon de gérer la maladie.
  • Nous aspirons à vivre une vie pleine de sens. Ne limitez pas votre vie à votre seule maladie. Malgré les obstacles évidents, vous manquez encore d'opportunités pour vivre des expériences de vie significatives. Vous êtes qualifié et équipé pour mener une vie professionnelle et personnelle productive et épanouissante comme personne d'autre. Vous devez vous fixer des objectifs de vie et travailler pour les atteindre.
  • Manger sainement. L'alimentation joue un rôle important dans presque toutes les stratégies de traitement, et il en va de même pour la schizophrénie. Vous pouvez augmenter vos chances en adoptant une alimentation équilibrée, avec beaucoup de légumes et de fruits frais. De plus, il est souvent conseillé aux personnes atteintes de cette maladie d'inclure des suppléments d'huile de poisson, de la glycine et des aliments riches en antioxydants dans leur alimentation.
  • Arrêter de fumer. Essayez de ne pas fumer. Les cigarettes endommagent vos poumons, votre cœur, votre système circulatoire et votre estomac. De plus, le tabagisme peut jouer un rôle causal dans l'apparition de troubles du spectre de la schizophrénie et peut également affecter l'efficacité des médicaments que vous prenez.

Aidez vos proches

aidez vos proches atteints de schizophrénie - un aperçu de la schizophrénie

La schizophrénie peut être une expérience débilitante pour ceux qui en souffrent. Ainsi, il devient du devoir de leurs amis et des membres de leur famille d'intervenir et de former un filet de sécurité autour d'eux.

Cependant, avant de pouvoir aider une personne atteinte de schizophrénie, il est essentiel de se renseigner sur cette condition complexe. Vous devez agir à partir d'une attitude informée et émotionnelle, sinon vous ne ferez qu'empirer les choses pour la victime. Voici quelques façons de montrer votre soutien :

  • Restez toujours calme lorsque vous répondez à une personne atteinte de schizophrénie. Les personnes atteintes de schizophrénie éprouvent un sens déformé de la réalité, mais pour elles, leurs délires et leurs hallucinations semblent très réels. Ignorer leurs symptômes comme fictifs ne fera que les transformer en hostilité envers toute aide que vous pourriez avoir à fournir. Il est préférable de les rencontrer à mi-chemin en leur expliquant calmement que vous voyez les choses différemment. Traitez-les avec respect et compréhension, sans jugement.
  • Les personnes atteintes de schizophrénie ont de la difficulté à se concentrer et sont souvent incapables de traiter les informations qui leur sont présentées de manière logique. Cette déficience intellectuelle, à son tour, rend très difficile l'accomplissement des tâches les plus simples. De plus, une personne avec un sens tordu de la logique peut ne pas réagir aux choses de la même manière que celles qui ont des capacités mentales saines. Cela peut être frustrant, mais ce n'est la faute de personne.
  • Vous devez traiter les personnes atteintes de schizophrénie comme des êtres égaux. Le ton condescendant ne ferait que les aliéner encore plus. Soyez toujours respectueux lorsque vous les entendez, peu importe à quel point leurs délires peuvent être extravagants. Cependant, si vous pensez que son comportement est si proche du danger qu'il peut mettre en danger son bien-être ou celui d'autrui, ne le tolérez pas. Soyez solidaire et gentil, mais n'autorisez pas les comportements dangereux ou inappropriés.
  • Aidez-les à identifier les déclencheurs potentiels afin qu'ils puissent les éviter. Vous ne pouvez pas attendre d'une personne éloignée de la réalité qu'elle ait une compréhension claire et objective de ce qui lui arrive. Il est de la responsabilité des sympathisants de leur faire comprendre et d'éviter les situations qui déclenchent leurs symptômes ou provoquent une rechute ou une perturbation des activités normales.
  • La seule façon de penser avec les schizophrènes est d'adopter une approche empathique. Il ne sert à rien de discuter avec eux pour tenter de démontrer la fausseté de leurs délires ou de leurs hallucinations. Au lieu de cela, concentrez-vous sur les sentiments qui pourraient les amener à avoir ces délires ou ces hallucinations.
  • Les amis, les membres de la famille et les autres soignants doivent partager la responsabilité de s'assurer que le patient ne tombe pas dans la routine de traitement. De nombreux schizophrènes commencent à réduire leurs doses de médicaments dès qu'ils enregistrent une forme quelconque de soulagement. Certains peuvent avoir des réserves sur les effets secondaires du médicament et essayer de les ignorer. Dans de tels cas, il est de votre devoir d'encourager le patient à prendre ses médicaments régulièrement afin que les symptômes ne réapparaissent pas ou ne s'aggravent pas.
  • Renseignez-vous sur les différents services de soutien aux proches aidants par l'intermédiaire de l'équipe de soins de votre proche, des services de santé régionaux ou régionaux ou des organismes communautaires.
  • Si vous soupçonnez que votre proche se tourne vers la drogue ou l'alcool, demandez-lui une aide professionnelle immédiate avant que cela ne se transforme en un trouble lié à l'utilisation de substances à part entière. Ces substances toxiques sont connues pour aggraver les symptômes de la schizophrénie et induire une psychose.
  • Vous ne devez pas nuire à votre santé mentale et physique lorsque vous vous occupez d'une autre personne. Prendre soin d'une personne atteinte de schizophrénie peut vous prendre beaucoup de temps, et il est essentiel que vous sachiez où tracer la ligne. Vous pouvez jouer votre rôle en les soutenant tout au long de la lutte et en les aidant à être en sécurité, à se faire soigner et à prendre les médicaments prescrits. Cependant, vous pouvez faire beaucoup pour gérer la psychose de quelqu'un d'autre. Rejoindre un groupe de soutien pour les proches atteints de schizophrénie et demander conseil à tous les membres de la famille peut aider.

Peut-on prévenir la schizophrénie ?

Bien qu'il n'existe aucun moyen préventif pour prévenir le développement de la schizophrénie, travailler avec votre médecin pour identifier les facteurs de risque potentiels peut vous aider à réduire vos chances.

Si rien d'autre, savoir que vous pouvez tomber dans la catégorie à risque devrait mieux vous préparer si vos peurs se réalisent et commencer un traitement proactif pour contenir les symptômes psychotiques.

Les recherches en cours se sont également concentrées sur les populations vulnérables qui présentent une plus grande prédisposition à la maladie, car des moyens de la prévenir peuvent être trouvés.

complications de la schizophrénie

La plupart des schizophrènes sont tellement convaincus de leur état délirant qu'ils remettent constamment en question les motivations et les intentions des gens pour obtenir l'aide dont ils ont besoin.

En l'absence de traitement adéquat et opportun, cette maladie peut devenir incontrôlable et entraîner l'apparition d'un certain nombre de complications à long terme, notamment :

  • Lutte constante contre les tendances suicidaires et les pensées pouvant conduire à la mort
  • Automutilation et traumatisme
  • Se sentir déprimé
  • Dépendance excessive à l'alcool, au tabac et à d'autres drogues
  • Anxiété et trouble obsessionnel-compulsif (TOC)
  • Incapacité à performer au travail
  • diminution des performances scolaires
  • Le retrait social entraîne l'isolement
  • Problèmes de santé et médicaux
  • tomber victime
  • Difficultés juridiques et financières et sans-abrisme
  • De rares explosions d'agressivité

Quand voir un docteur

Au moment où vous suspectez des symptômes possibles de schizophrénie chez vous-même ou chez quelqu'un d'autre, ne perdez pas de temps à obtenir l'aide professionnelle de votre médecin généraliste.

Plus tôt vous commencez le traitement, meilleur est le pronostic. Il est important de souligner la nécessité de demander l'avis d'un professionnel auprès d'un psychiatre.

Contrairement à de nombreuses autres maladies médicales, le meilleur traitement de la schizophrénie est une approche multimodale qui inclut les soignants professionnels, la famille et les amis. Cet article est destiné à décrire le processus de cette maladie, mais pas du tout à remplacer le spécialiste du traitement primaire pour un patient atteint de schizophrénie.

Un dernier mot

Vous pouvez être rassuré par le fait que la schizophrénie est quelque peu gérable, tant que vous suivez les conseils de votre médecin et restez engagé dans le processus de rétablissement.

Il est essentiel de vous renseigner sur la maladie et de comprendre les risques encourus pour améliorer votre santé mentale et prévenir la récurrence ou la récurrence des crises.

Tous les conseils mentionnés ici sont informatifs et ont été traduits à partir de sites Web étrangers, et il est nécessaire de consulter les specialistes voir page

Avis de droits d'auteur de Ahlaom.com